La Naissance du « Oui »

Je me demande si je suis le seul pasteur qui dit parfois quelque chose en se disant ensuite : « C’était vrai, mais… »

Récemment, alors que j’étais en train de prêcher, j’ai partagé quelque chose que j’avais entendu. Alors, je l’ai prêché aussi.

« Quand nous traitons avec Dieu, « nous disons : « Seigneur, la réponse est « oui. » Quelle est Ta question ? »

M’échauffant sur le sujet, j’ai fait la remarque suivante : « Nous devrions donner à Dieu un chèque en blanc signé et puis dire : ‘Seigneur, remplis-le du montant que Tu veux.’ »

Cette attitude est bonne : « Seigneur, tout ce que Tu veux, quand Tu veux, où Tu veux. » C’est ce que nous devrions répondre à ce que Dieu demande.

Mais la vérité, c’est qu’il nous faut parfois un certain temps pour y arriver. Je veux être totalement obéissant au Seigneur, mais parfois, quand Dieu me parle, il y a tout un tas de choses qui commencent à s’agiter en moi et qui disent : « non ! »

Et c’est le nœud du problème. Le processus qui nous amène de : « Je ne veux pas ! » à « Seigneur, non pas ma volonté mais La tienne, » est critique. C’est pendant ce temps que nous grandissons.

Si nous ne faisons que donner un chèque en blanc en Lui disant de remplir le montant, il n’y a pas de croissance. Nous avons besoin de ces moments d’agonie dans le « jardin de Gethsémané » pour nous aider à grandir.

Je ne crois pas que le Seigneur veuille des robots dociles qui obéissent sans réfléchir. Nous sommes des hommes et des femmes qui aimons Dieu, mais nous sommes remplis de rêves de toutes sortes, de faiblesses, d’aspirations, de fautes, de force. Continue reading