Ta douleur peut être une porte ouverte à une révélation

J’ai interdit à ma femme de faire des cookies aux flocons d’avoine à la maison.
Pourquoi ?
Parce qu’ils sont trop bons. J’en mange jusqu’à ressembler à un sumo-prédicateur.
Une fois, pas très longtemps avant qu’il ne soit l’heure d’aller au lit, j’ai eu soudain une grande nostalgie de ses cookies et je lui ai demandé d’en faire quelques uns. Et voilà ! Peu de temps après, quinze cookies bien chauds sont apparus dans la cuisine.
Mais elle a oublié de me surveiller et quarante-cinq minutes plus tard, ils s’étaient tous évaporés. Ou du moins, ils avaient disparu.
Quelques tic-tacs de l’horloge plus tard, je me suis retrouvé au lit avec un taux de sucre crevant le plafond. « Pourquoi ? » me suis-je demandé.
En réalité, je sais bien pourquoi. Ils sont trop bons. Ils sont tous liés les uns aux autres. Si tu manges un cookie, les autres suivent automatiquement.
C’est la raison pour laquelle ma femme ne cuisine plus de cookies aux flocons d’avoine pour moi. J’en ai une réserve que j’achète au supermarché et qui sont plutôt bons, mais pas irrésistibles. Je peux me limiter au fait d’en manger deux… ou trois… ou quatre.

Continue reading