L’affaire qu’il a passée avec “Celui-là”

Ah, mon ami. C’est une triste historie mais je dois vous la raconter pour votre bien.

Le jour où ce bonhomme est venu travailler pour moi—on va l’appeler « Celui-là »–ma vie semblait prendre une bonne tournure. Celui-là travaillait dur et il m’a aidé à atteindre mes buts. Un serviteur très utile, Celui-là.

Puis, un jour, cet employé plein de ressources m’a dit : « Je peux vous aider à atteindre encore plus vite ce que vous voulez. Laissez-moi vous montrer comment. »

J’ai un peu hésité parce que quelque chose sonnait faux dans l’affaire mais je voulais tellement cette chose que j’ai laissé Celui-là prendre de plus en plus de place dans ma vie.

Et il me semblait que je m’approchais du but. Mais nous n’y sommes jamais parvenus. Et Celui-là m’a toujours dit : « Donnez-moi un peu plus d’autorité dans votre vie et je vais vous emmener jusqu’au but. »

Je lui ai donné un peu plus et puis un peu plus et puis … bon vous connaissez la chanson.

Aujourd’hui, je ne suis pas arrivé à avoir ce que je voulais mais je ne suis plus le patron chez moi, mais c’est Celui-là et je ne peux plus m’en défaire car il s’y oppose.

Il n’est plus mon serviteur. C’est lui qui gère la boîte.

Moi, comme un joueur qui jette le bon argent après le mauvais, je m’enfonce encore plus profondément dans l’affaire. Oh ! parfois je renifle la joie mais je la paie chère. Je soupçonne que c’est un petit os que Celui-là me jette de temps en temps pour que je ne le quitte pas.

Mais s’il me donne ce que je veux il ne me contrôlera plus.

Mon ami, un petit conseil : Ne donne pas le contrôle à Celui-là. Ne permets à qui que ce soit, sauf à Dieu, de te contrôler.

Quand les hommes et les femmes font des compromis dans leur vie romantique pour des relations illicites en dehors du mariage ou pour regarder des images qui pourrissent leur vie, ils arrivent à un carrefour où ce ne sont plus eux les maîtres mais c’est Celui-là.

Et quand Celui-là est maître nous nous retrouvons en train de faire des choses que nous n’aurions jamais crû être capables de faire.

D’autres veulent être riches et ils vendent tout à Celui-là. Il les vole de tout ce qui est important dans la vie et à la fin ils se retrouvent peut-être avec de l’argent et pleins de gadgets. Mais l’âme est vide.

Certains veulent être parmi les puissants, les dirigeants, et ils vendent leur âme à Celui-là pour y arriver.

J’ai connu des gens qui voulaient tellement une personne précise dans leur vie qu’ils ont passé une affaire avec Celui-là. Mais, quand ils ont eu cette personne, elle les a  contrôlés—enfin, Celui-là les a contrôlés.

Un grand sportif parlait de l’euphorie qu’il avait quand il jouait bien et qu’il était applaudi. Plus tard, il a été blessé et a dû arrêter le sport pour un temps. Il commença à se droguer pour avoir la même euphorie.

Il s’est vendu à Celui-là et il a fallu un miracle de Dieu pour qu’il s’en sorte.

Quand nous nous donnons à notre travail ou même à notre famille nos décisions se basent sur la chose qui nous contrôle. Certains ont abandonné une proche relation avec le Seigneur pour construire une maison ou pour poursuivre une relation amoureuse désapprouvée du Seigneur.

« Je reviendrai après » pensaient-ils mais après, ils sont différents. Il leur est difficile de retrouver la passion pour le Seigneur qu’ils avaient auparavant.

Ils se sont vendus à Celui-là

Quand nous permettons à quelque chose de nous dominer nous devons, pour nous justifier, changer une partie du cœur de ce que nous sommes—nos croyances, nos attitudes, nos espoirs et nos rêves.

Nous devenons une autre personne. Dieu nous prévient :

« Garde ton cœur plus que toute autre chose, Car de lui viennent les sources de la vie. » (Proverbes 4 :23)  « Avant tout, prends garde à ce que tu penses au fond de toi-même, car ta vie en dépend. » (version Français Courant)

Nous nous réveillons un jour en découvrant que nous sommes comme un chien tenu en laisse par Celui-là. Nous devenons accros—du travail, de passions de notre corps, de la gloire, de l’argent, de la sécurité, des amusements, même à notre famille.

Si vous vous retrouvez en ce que vous venez de lire, arrêtez ! Faites un bilan personnel. Soyez franc avec vous-même, mais surtout avec Dieu. Qui est maître chez vous ? Puis, bougez ! Revenez à cette place où Dieu est le centre, où il est le premier.

Nous aurons toujours une famille, de l’argent, et un boulot mais DIEU SERA LE PATRON—PAS CELUI-LA.

Hummm …

« Le chanteur chrétien Chris Tomlin parle de comment Louise Giglio a eu un impact sur sa vie: « Nous avons tous besoin de quelqu’un qui croit en nous. »

© caraman – Fotolia.com