La petite vieille avec son AK-47

Les gens qui ont la priorité doivent aider ceux qui ne l’ont pas.

N’as-tu jamais remarqué que la personnalité des gens change souvent quand ils se retrouvent derrière le volant d’une voiture ?

Imagine une gentille vieille dame qui obtient une permission de deux heures hors de sa maison de retraite. Elle clopine gentiment sur sa cane jusqu’à sa vieille Peugeot qui l’attend patiemment dans le parking. Elle monte dedans et démarre le moteur.

« Vrouuuum, vrouuum ! » Elle fait rugir le moteur et sort du parking en faisant crisser les pneus.

Suivons-la dans notre drone.

Regarde, la voilà en train de montrer le poing à un autre conducteur. Qu’est-ce que c’est que ça, sur le siège à côté d’elle ? Un AK-47 ! Et qu’est-elle en train de crier à ce monsieur dans l’autre voiture ? Ooh ! Je ne savais pas que les vieilles dames connaissaient des mots comme ceux-là !

A chaque fois qu’elle pense que quelqu’un lui grille la priorité, elle pique une crise.

Finalement, après deux heures riches en événements, en cris, en hurlements et en folles gesticulations, elle retourne dans le parking de la maison de retraite, sort de la voiture et se traîne gentiment à l’intérieur. Elle laisse son AK-47 sur le siège. Heureusement, elle ne l’a pas utilisé, même si j’ai eu peur à deux ou trois reprises.
gun.jpg

Intéressant.

J’ai passé beaucoup de temps dans ma voiture au cours de ma vie et j’ai découvert que si tout le monde traitait la conduite comme un sport de contact, il y aurait davantage de misère dans le monde. Ceux qui permettent au trafic de s’écouler, ce sont les polis, qui acceptent occasionnellement de céder le passage. Continue reading