Appeler la joie

As-tu déjà essayé d’appeler un chat ? Ça ne marche pas très bien, n’est-ce pas ? Les chiens, d’un autre côté, accourent avec des images de friandises flottant dans la tête.

Mes pensées se conduisent souvent davantage comme des chats que comme des chiens. Elles ne sont pas très obéissantes.

Pourtant, des pensées disciplinées sont la clé pour trouver la joie dans les moments difficiles. Un des passages les plus puissants de la Bible a probablement été écrit par le prophète Jérémie. Il se trouvait dans une situation terrible. Son pays était ravagé par des ennemis. Il avait fidèlement apporté une parole de mise en garde de la part du Seigneur, mais beaucoup de gens le méprisaient à cause de cela et travaillaient à sa ruine.

« Quand mon âme s’en souvient, Elle est abattue au dedans de moi. Voici ce que je veux repasser en mon cœur, Ce qui me donnera de l’espérance… » (Lam. 3:20, 21)

J’aime cette expression : « s’en souvient ». La version Semeur traduit : « Mais voici la pensée que je me rappelle à moi-même, la raison pour laquelle j’aurai de l’espérance… » En anglais, c’est traduit : « appeler à l’esprit ». C’est comme si la pensée n’était pas présente et que le gars l’appelait. La joie se tient là, attendant d’être appelée. Cela se produit quand nous rappelons certaines vérités à notre esprit.

« Viens ici, Foi ! Venez ici, Souvenirs de la fidélité de Dieu par le passé. Venez ici, Promesses prononcées par Dieu dans sa Parole. Viens ici, Connaissance de la nature de Dieu. Allez-vous en, Doutes, Peur, Égoïsme, Auto-apitoiement. »

 La joie est un sous-produit de la foi dans le Seigneur. Confie-toi en Lui et la joie jaillit. Et à quoi ressemble Dieu ?

« Les bontés de l’Éternel ne sont pas épuisés, Ses compassions ne sont pas à leur terme; elles se renouvellent chaque matin. Oh! que ta fidélité est grande!

L’Éternel est mon partage, dit mon âme; C’est pourquoi je veux espérer en lui. L’Éternel a de la bonté pour qui espère en lui, Pour l’âme qui le cherche. » (Lam. 3:22-25)

Si tu te rappelles ces vérités, si tu te les rappelles constamment, l’espérance et la joie grandissent à partir de ta foi.

Quel genre de pensées et de souvenirs est-ce que tu « appelles à ton esprit ? » L’amour et la fidélité de Dieu ou ta propre faiblesse ? L’impossibilité que tu vois ou la puissance de ton Dieu qui prend soin de toi ?

Allons David ! Est-ce que tu te souviens de tes échecs ou des fois où Dieu t’a aidé à gagner ? Est-ce que tu te représentes constamment la défaite et les choses terribles qui pourraient se produire ou est-ce que tu appelles les promesses de Dieu pour qu’elles remplissent tes pensées ? Est-ce que tu essaies de décider si tu mérites ou non les bénédictions de Dieu ou est-ce que tu te repens pour tes échecs, te confies en Son pardon et t’attends à ce que Dieu agisse pour toi ?

Qu’est-ce que tu mets dans ton esprit ?

Quand on a mal, il est tellement facile de se concentrer sur la blessure. Quand celui qui rode comme un lion rugissant hurle, il est difficile de ne pas laisser l’écho de ses cris se répéter constamment dans nos pensées. Mais nous pouvons appeler d’autres choses à notre esprit.

Appelle la foi ! Appelle les souvenirs de Sa fidélité envers toi. Appelle ta connaissance de qui est Dieu, en réalité, et non pas ce que Satan dit qu’Il est. Confie-toi dans le Seigneur Jésus. Même dans les temps difficiles. Surtout dans les temps difficiles.

« Car le Seigneur ne rejette pas à toujours. Mais, lorsqu’il afflige, Il a compassion selon sa grande miséricorde; Car ce n’est pas volontiers qu’il humilie Et qu’il afflige les enfants des hommes. »(Lam. 3:31-33)

Lutte pour déterminer ce qui se joue sur l’écran de ton esprit. En plus des promesses de la Parole, j’ai un fichier rempli des promesses que j’ai reçues lorsque j’ai senti que Dieu me parlait personnellement. Bien sûr, c’est subjectif, mais j’ai vraiment ressenti que c’était Dieu qui me parlait. Il tient Ses promesses.

Armés de ces vérités, nous pouvons dire comme Jérémie : « Il est bon d’attendre en silence le secours de l’Éternel. » (3:26).

« Attendre ? » Nous n’aimons pas cela, n’est-ce pas ? Parfois, nous attendons quelques heures. Parfois, nous attendons des années. Parfois, ta prière est exaucée durant la vie de tes enfants et pas pendant la tienne. Mais nous attendons dans la confiance, sachant qu’Il contrôle tout.

Une autre chose qu’il nous faut faire dans les temps difficiles : regarder sa vie avec attention et voir si nous n’avons rien à voir avec le problème. Si c’est le cas, il faut nous repentir et changer.

« Pourquoi l’homme vivant se plaindrait-il? Que chacun se plaigne de ses propres péchés. Recherchons nos voies et sondons, et retournons à l’Éternel; Élevons nos cœurs et nos mains vers Dieu qui est au ciel: Nous avons péché, nous avons été rebelles! Tu n’as point pardonné! » (Lam. 3:39-42)

Toutes les épreuves ne sont pas des conséquences de notre rébellion ou de notre péché, mais certaines le sont. Avons-nous été infidèles dans notre façon de gérer notre argent ? Sommes-nous en guerre contre quelqu’un ? Avons-nous manqué à notre promesse ? Avons-nous justifié le péché dans notre vie ?

Repentons-nous et Il pardonnera. Mais si nous persistons à suivre des voies qui ne sont pas les siennes, nous moissonnons ce que nous avons semé. Jérémie dit que Dieu ne leur a pas pardonné. Pourquoi ? Parce qu’ils ne se sont pas repentis.

C’est à nous de discipliner nos pensées pour qu’elles se conduisent comme des chiens plutôt que comme des chats. Jérémie l’a fait. La plupart de nos problèmes ne sont pas aussi gros que l’étaient ceux du prophète.

L’Esprit de Dieu nous aidera.