Un Ecureuil enseigne la justice

Un dimanche matin, le pasteur a rassemblé tous les enfants devant l’assemblée pour leur raconter une histoire.

« Alors les enfants, avant de commencer cette histoire, vous allez deviner de quoi elle parle. Il s’agit d’une petite créature, brune avec de la fourrure. Une idée ? »

Tous les enfants le regardent sans répondre.

« Cette petite créature brune à fourrure mange des noisettes et monte dans les arbres. Qu’est-ce que c’est ? »

Pas de réponse. Le pasteur est un peu frustré en voyant les enfants le regarder d’un air interrogateur.

« Cette créature a une belle queue touffue. » Pas de réponse.

Finalement, il dit : « Personne n’a une idée de ce que ça pourrait être ? »

Un petit garçon de sept ans lève sa main avec hésitation. « Oui, Jean ? »

« Et bien, je sais que la réponse doit être Jésus, » dit-il, « mais ça me fait quand même fort penser à un écureuil. »

Ma question

A l’école du dimanche, la réponse est toujours « Jésus, » n’est-ce pas ? Au risque de dire un parfait cliché, dans la vie, la réponse est Jésus.

J’ai écouté une chanson appelée : « Fais-moi entrer » de Kutless. Une des phrases a attiré mon attention : « J’ai faim et soif de ta justice, mais on ne la trouve qu’à un seul endroit. »

Une question a surgit dans mon esprit : « Comment a-t-on faim et soif de justice, concrètement ? » La justice fait partie de ces mots théologiques auquel nous disons : « Oui ! Amen ! » tout en continuant notre vie comme avant. Nous n’avons qu’une idée très vague de sa signification.

Bien plus, le Seigneur a promis que ceux qui auraient faim et soif de justice seraient remplis. De quoi ? Qu’est-ce que ça veut dire pour ma vie ce lundi matin à 9h58 ?

Nous trouvons la réponse dans Matthieu 6:33 et dans la définition de la justice – à la fois d’après l’Ancien et le Nouveau Testament, je dirais que la justice, c’est être en accord avec Dieu, puis vivre selon ce cadre de référence. Il est juste. Il nous rend juste. Nous agissons d’une manière juste.

Nous vivons comme Il est. «  Tel il est, tels nous sommes aussi dans ce monde. » Jésus faisait une distinction entre sa justice et celle des pharisiens. La leur était de l’auto-justification.

Tout ça, c’est très bien, mais comment dire que je suis justifié ? J’ai fait de bonnes choses mais j’ai honte de certaines autres et je suis sûr de ne pas vouloir que Dieu me les rappelle au jour du Jugement.

Comment puis-je dire que je suis justifié ?

Eh ! Petit écureuil, la réponse est « Jésus. »

Il est Le juste devant Dieu et Il communique cette justice à ceux qui viennent à Lui dans la repentance et la foi.

« Mes chers enfants [croyants, bien-aimés], je vous écris ceci afin que vous ne péchiez pas. Si, toutefois, il arrivait à quelqu’un de commettre un péché, nous avons un Défenseur [qui intercède pour nous] auprès du Père: Jésus-Christ le juste [le droit, celui qui se conforme à la volonté du Père dans toutes Ses voies, dans tous ses buts, pensées et actions]. » (1 Jean 2:1, Amplifiée)

Voilà comment ça marche :

1. Le Juste a payé pour notre « non-justesse » sur la Croix.

2. La justice nous est IMPUTEE (Genèse 15:6, Romains 4) quand nous venons à Lui par la foi. Romains 4:3 : « Car que dit l’Écriture ? Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice. »

Le mot utilisé pour « imputé » est logizomai en grec qui signifie :

1) évaluer, compter, calculer.

1a) prendre en compte, faire un acompte de

1a1) métaphoriquement, mettre sur le compte de quelqu’un, imputer.

C’est comme si nous avions une dette immense et que Dieu mettait sur notre compte en banque assez d’argent pour la payer (plus tout ce dont nous avons besoin pour une vie abondante en Lui, par dessus le marché).

Il y a ceux qui pensent qu’être bon ou obéir à des règles les rend justes devant Dieu. Ces gens n’ont jamais vu l’horreur de leurs péchés.

Bien pire, nous critiquons ceux qui ne sont pas aussi « bien » que nous. Toute notre justice est comme une pile de vêtements sales et en loques. (Esaïe 55). Pas joli joli.

Mais, quand nous nous repentons de notre péché, il crédite la justice sur notre compte, par Sa grâce et Sa miséricorde.

3. Dieu nous rend justes. (2 Corinthiens 5:17).

Nous avons été crédité de la justice (qui met tout cet argent sur mon compte ?), mais nous avons aussi reçu la justice en cadeau. Nous devenons justes.

« Celui qui était innocent de tout péché, Dieu l’a condamné comme un pécheur à notre place pour que, dans l’union avec le Christ, nous soyons justes aux yeux de Dieu.» ( 2 Corinthiens 5:21BDS)

« Et à vous revêtir de l’homme nouveau, créé conformément à la pensée de Dieu, pour mener la vie juste et sainte que produit la vérité. » (Éphésiens 4:24 BDS)

Je grince un peu des dents quand j’entends des chrétiens souligner à quel point nous sommes pécheurs. Je sais que nous luttons encore contre le péché et que nous ne sommes pas gagnants dans 100 % des cas. Je sais que cette bataille se poursuit tout au long de notre vie.

Mais maintenant, en Christ, nous combattons depuis un lieu de victoire. Avant, nous étions des pécheurs qui essayaient d’être des gens bien et qui n’y arrivaient pas.

Mais l’homme nouveau vit dans un lieu de victoire. Nous sommes justes – pas parce que nous n’échouons jamais mais parce que nous avons été justifiés.

Le vieil homme pèche parce que ça fait partie de qui il est. Il ne peut pas faire autrement. Quand l’homme nouveau pèche, c’est contre sa nature. Ce n’est plus qui il est.

C’est pour cette raison que le péché est si facile pour ceux du monde. Il fait partie de qui ils sont. Mais, pour nous qui sommes en Christ, si nous péchons, nous souffrons à l’intérieur. Il ne fait plus partie de ce que nous sommes.

4. Nous sommes « en Christ. » Il est juste, donc nous le sommes aussi parce que nous sommes en Lui.

« Or, c’est par lui que vous êtes en Jésus Christ, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption » (1 Corinthiens 1:30 LSG)

5. Maintenant que la justice nous a été imputée et que nous sommes justifiés, nous exprimons cette justice à travers ce que Dieu nous appelle à être.

« Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d’iniquité; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice » (Romains 6:13).

Voilà à quoi ça ressemble :

« Pour toi, homme de Dieu, fuis ces choses, et recherche la justice, la piété, la foi, la charité, la patience, la douceur » (1 Timothée 6:11 LSG)

Donc, si quelqu’un te pose la question, la réponse c’est « Jésus ! »

______________________________________________________

Hmmm …

« Affirme ce que tu sais être vrai. Tu peux vivre en te basant soit sur des expériences passées ou tes sentiments actuels – soit sur une vérité transcendante. C’est pour cette raison qu’il est si important de t’immerger dans les Écritures, pour amener « toute pensée captive à l’obéissance de Christ » (2 Corinthiens 10:5). Comme le disait souvent un de mes mentors : « la plupart des gens doutent de leurs croyances et croient en leurs doutes. Fais le contraire. » Demande-toi : qu’est-ce que je sais être vrai ? » Michael Hyatt

_________________________________________________________

Leave a Reply