Problèmes ! Dieu se venge t-Il ?

 

Deux amis sont assis à une table. L’un boit un café, l’autre un cola sans sucre. Herman dit à Ralph : « Tu es au courant pour notre ami Freddie ? Il traverse une terrible épreuve ! »

« Non, » répond Ralph. « Je me demande s’il a péché et si Dieu est en train de le punir. »

La semaine suivante, ils discutent encore. Cette fois, Herman est en train de boire un cola sans sucre et Ralph boit un café. Ralph dit à Herman : « Tu as entendu, à propos de Daisy ? Ils disent qu’elle a un cancer. »

« Et bien, tu sais comment elle est, Daisy, toujours en train de faire des commérages. Je ne dirai pas qu’elle est punie, mais bon… » répond Herman.

La semaine suivante, les deux boivent du café. « Tu as entendu au sujet de Fred ? » demande Herman. « Il a perdu son boulot. Sa femme l’a quitté et il s’est rendu compte qu’il avait une mycose entre les orteils. »

« Tu crois qu’il a fait quelque chose pour mettre Dieu en colère ? »

A la fin du mois, les deux se rencontrent à nouveau. Herman dit à Ralph : « Le docteur a dit que j’avais une terrible maladie. »

Ralph dit à Herman : « J’ai perdu mon travail. »

Tous les deux se lamentent à l’unisson : « Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ! »

Justice divine ou approbation divine?

Souvent, face aux problèmes, il y a une petite voix sournoise qui murmure que, si quelque chose ne va pas dans la vie de quelqu’un, c’est que la justice divine est en train de s’exercer.

Est-ce que les gens récoltent ce qu’ils ont semé ? Oui, mais ce n’est pas toujours ici bas. Et, honnêtement, si le fait d’être parfait repoussait les problèmes, la majorité d’entre nous n’aurait pas beaucoup d’espoir.

Nous serions boiteux et bien d’autres choses encore si chaque erreur, défaut de caractère (ou péché) poussait Dieu à se déchaîner contre nous.

Puis-je suggérer une idée radicale ? Et si quelqu’un pouvait avoir des problèmes quand il fait les choses bien ?

C’est arrivé à Paul.

“Cependant, afin que je ne sois pas enflé d’orgueil pour avoir reçu des révélations si extraordinaires, une dure souffrance m’a été infligée dans mon corps, comme un messager de Satan destiné à me frapper et à m’empêcher d’être enflé d’orgueil. Trois fois j’ai prié le Seigneur de me délivrer de cette souffrance. Il m’a répondu : « Ma grâce te suffit. Ma puissance se manifeste précisément quand tu es faible. » Je préfère donc bien plutôt me vanter de mes faiblesses, afin que la puissance du Christ étende sa protection sur moi. C’est pourquoi je me réjouis des faiblesses, des insultes, des détresses, des persécutions et des angoisses que j’endure pour le Christ ; car lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort.” (2 Cor. 12:7-10, La Colombe)

Paul avait une épine dans la chair parce qu’il pénétrait si profondément dans les mystères de Dieu que le Seigneur a permis cette épreuve afin de le garder d’équerre. Il avait des problèmes parce qu’il faisait bien.

Frustration personnelle

Deux choses m’ont réellement posé problème durant mon enfance et mon adolescence. Si j’avais pu les changer, je l’aurais fait en un battement de cœur. Ça me blesse encore un peu à présent, après toutes ces années, quand j’y repense.

Mais quand je regarde en arrière, je réalise que ces choses ont aidé à me façonner. Ce qui me faisait si mal à l’époque n’a plus le pouvoir de me recroqueviller dans un coin. Surtout lorsque j’ai grandi dans le Seigneur : j’ai alors été capable de mettre ces choses en perspective et de grandir à travers elles.

Ces choses m’ont empêché d’être tout ce que je pouvais être dans le Seigneur, jusqu’à ce que je m’en sois occupé dans la prière, en les considérant avec sérieux et en en parlant avec d’autres. J’ai remarqué à quel point elles m’avaient rendu sensible aux autres qui souffrent et capable de les aider d’avantage.

Paul a prié Dieu trois fois, le suppliant d’ôter ce qui le faisait souffrir. Mais Dieu a répondu « non. » Cette chose qui affaiblissait Paul l’a poussé à se tourner vers Dieu, dans sa faiblesse. Et il a eu accès à la force de Dieu, ce qui l’a rendu plus fort qu’il ne l’avait jamais été auparavant.

Même dans sa faiblesse.

Une malédiction a été transformée en bénédiction.

Ça me fait encore un peu mal quand je pense à ces choses. Si je pouvais retourner en arrière et les changer, est-ce que je le ferais ? Peut-être. Je suis humain. Mais est-ce que ces épreuves sont devenues des bénédictions pour ma vie ?

Je le crois. Le réconfort et la guérison que Dieu m’a donnés demeurent avec moi. Je peux les utiliser pour aider d’autres à guérir, en les aidant et en les servant.

“Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père compatissant et le Dieu de toute consolation, lui qui nous console dans toutes nos afflictions, afin que, par la consolation que nous recevons nous-mêmes de la part de Dieu, nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans toutes sortes d’afflictions ! Car, de même que les souffrances de Christ abondent pour nous, de même aussi notre consolation abonde par le Christ.” (2 Cor. 1:3-5, La Colombe)

Photos: Pixabay.com–Cuncon, Geralt; Boss Fight

___________________________

Hmmm …

La scientifique Katharine Hayhoe a dit : « Si tu commences une discussion en disant : « Tu es un idiot, » cela marque aussi la fin de la discussion. »

Sourire —

Deux cannibales sont en train de manger un clown. L’un dit à l’autre : « Tu ne trouves pas qu’il a un drôle de goût ? »

Continue reading